Artiste peintre
Artiste peintre
KEYLOSS
KEYLOSS

 

Un peu d'histoire .......

LES POUSSEPIES (puspje)

( ou Pouss'Piés ou pousse-pied ou pouce-pied ) de "pousser" et "pied" n.m. 1558



Rares, très rares, très très très rares petites bestioles
des côtes de Bretagne ....
Les toutes premières descriptions scientifiques précises ont été réalisées par Jean Keyloss, arrière grand-père de Keyloss, en juillet 1912.
Plutôt adeptes des bords des océans, les Pouss'Piés sont arrivés
au pays de Quimperlé le jeudi 18 mars 1973, avec "Jeannine de Ploemeur" vendeuse réputée de crap' aux halles de Quimperlé.
Quelque peu perdus dans ce milieu hostile, les Pouss'Piés furent par bonheur recueillis par Jeanne et Marie, les deux filles du tatoueur de vaches de la place Saint-Michel, venues acheter du crap' pour leurs parents.
Sur les conseils de leur tatoueur de père, elles déposèrent leur récolte à l'hôtel de l'Europe, où tout le personnel se mit en couleur pour les recevoir avec tous les honneurs dus.
Hélas, l'hôtel de l'Europe ferma ses portes et l'on dû trouver
un nouveau logement à nos Pouss'Piés.
Grand amateur d'air frais, voire de courants-d'air, le clocher de l'église de la place du marché fut à l'unanimité choisi pour accueillir nos créatures, où depuis elles résident dans la plus grande discrétion qui les caractérise.
N'étant pas particulièrement neurasthéniques, mais tout de même un peu timides, les Pouss'Piés s'accordent avec les autochtones pour se ballader un peu tous les jours de fête en toute discrétion.Cachés dans les coiffes et chapeaux, ils sont aussi, pour les plus jeunes, sortis dans les petits sacs comme celui porté par la seconde fille, à gauche.
Très Maline, Béatrice ( chargée de l'intendance du clocher ) détourne ainsi l'attention du visiteur, en cachant les Pouss'Piés dans son dos. En hiver les cerises sont en plastiques.


DESCRIPTION TECHNIQUE:

Composées de deux pattes élastiques sur lesquelles repose
un oeil à trois cils cylindriques et écailleux, appelés également " cils-lindriques ", ces créatures sont principalement préocupées par le retour de la marée haute. ( qui se fait sentir jusque Quimperlé, oui. L'ancien clocher de l'église Sainte-Croix n'y a d'ailleurs pas résisté. Mais cela est une autre histoire.) Pendant cette attente, les Pouss'Piés patientent en faisant des jeux avec
leurs pattes ( avec risque de noeuds pour les plus jeunes ) ou encore en faisant des pyramides ( dont se sont inspirés beaucoup d'acrobates ), ou encore en lisant les journaux, magazines, partitions et livres divers abandonnés par les baigneurs musiciens, ou encore en faisant des concours de sport ( sauts de berniques ), ou encore en organisant des chorales, ou encore en chevauchant des poissons rieurs, ou encore ............

A l'extrémité de la patte ( coté opposé à l'oeil ) se trouvent les pendoncules ( deux part pattes ), sortes de tentacules à ongles de la même couleur que les cils. ( le rouge est la couleur la plus courante, mais il existe des variantes vertes, jaunes ou encore bleues )
Remarque: on a trouvé un Pouss'Pié avec un pendoncule bleu et l'autre vert: c'est le " Pouss Bowie " , rarissime !!!!!!

Les Pouss'Piés se nourrissent principalement d'algues vertes. Les algues rouges ne sont consommées qu'en cas d'indigestion d'algues vertes. Notons que les adopteurs de Pouss'Piés peuvent les acclimater à leur nouveau terroir en achetant une bourriche d'huîtres creuses chaque semaine, et en donnant le varech à machouiller. Citronnade et eau de mer accompagnent leur verdure .......

REPRODUCTION :

le sexe ainsi que le mode de reproduction des Pouss'Piés n'ont, à ce jour, toujours pas été découverts. Malgré les intenses recherches menées par Jean Keyloss et moi-même, l'extrême pudeur de ces créatures les préserve de la levée de cet épais mystère.


Pouss'Pié est un modèle déposé